Extrait gratuit : La dépollution émotionnelle

On est jeudi! C’est le temps du 4e cadeau! Comme vous le savez, cette semaine, Julien Lacroix a décidé de vous offrir un cadeau par jour. Il vous donne gratuitement 5 vidéos qui font partie de son Programme de 20 semaines «J’accède à la meilleure version de moi-même».

Votre 4e cadeau de la semaine : La dépollution émotionnelle

Procurez-vous l’intégral du Programme de 20 semaines «J’accède à la meilleure version de moi-même».

L’expression spontanée de nos émotions

Cette semaine, nous touchons un point crucial de la vie, l’expression spontanée de nos émotions. Dans la pensée courante, nous classifions les émotions en deux catégories : les négatives et les positives. Cette façon de faire porte à confusion, car toutes les émotions doivent être exprimées. Les émotions sont des énergies et l’énergie c’est la vie. La différence, c’est que certaines sont agréables à vivre et d’autres désagréables. Donc, ce qui est positif c’est l’expression des émotions et ce qui est négatif, c’est la répression ce celles-ci.

Je vous rappelle ici que la vie est mouvement et la mort stagnation. Si j’exprime mes émotions, je suis dans le mouvement. Si je les réprime, je suis dans la stagnation.

L’expression est vivifiante car elle permet à l’énergie de l’émotion de circuler librement en moi. De son côté, la répression me prive de l’énergie de l’émotion et en plus, j’en dépense pour conserver cette énergie réprimée. La suppression d’émotions mène à l’épuisement physique, énergétique et mental. Dans la vie moderne, on nomme cet état la dépression. Pour ma part, j’aime bien le terme mort-vivant. «Mort» car il y a plein d’énergies qui stagnent en moi et que je n’exprime aucune émotion. «Vivant» car mon corps physique tient encore le coup. Un des grands signes de répression émotionnelle est L’EXPLOSION soudaine de : colère ou tristesse. De plus, l’expression spontanée des émotions laisse la place pour vivre ensuite la joie, l’amour et l’harmonie.

Exprimer sur le champ les émotions

Alors cette semaine, l’unique action à faire et à répéter est d’exprimer sur le champ les émotions qui montent en moi, autant les agréables que les désagréables. Il est possible que cette action réveille des résistances en moi. Il est donc important que je conscientise ces résistances et que j’ose m’exprimer malgré elles. Le tout en lâchant prise sur la raison de ces résistances. Nul besoin de trouver la source, seulement de conscientiser et de choisir l’action.

Finalement, si je m’aperçois que j’ai négligé l’expression d’une émotion, je m’arrête et je prends le temps de le faire. Je n’ai qu’à repenser à la situation pour faire réapparaitre l’émotion et ainsi l’exprimer. Ceci peut être fait seul, mais par la suite je me dois de partager ce que j’ai vécu à la personne qui a contribué à l’éveil de cette émotion. Je reste vigilant pour m’assurer de m’exprimer, car cela est ESSENTIEL à ma vie.

Comment m’exprimer?

Il y a une très grande variété d’émotions qu’un humain peut ressentir et nommer. Cependant, les modes d’expression sont plus restreints. Je peux rire, je peux sourire, je peux crier, je peux pleurer, je peux froncer les sourcils et je peux gesticuler. Tous ces types de réactions peuvent se prêter à chaque émotion, car les émotions dépendent de la perception de l’individu qui les vit. Face à une situation, nous n’avons pas la même réaction. L’important, c’est d’exprimer ce qui veut sortir, de la façon que ça veut sortir.

  • Si j’ai envie de pleurer, je pleure.
  • Si j’ai envie de crier, je crie.
  • Si j’ai envie de rire, je ris.
  • Si j’ai envie de sourire, je souris.
  • Si j’ai envie de froncer les sourcils, je les fronce.
  • Si j’ai envie de ……….., peut-importe ce qui vient, je le fais.
  • Si j’ai envie de prendre un temps d’arrêt pour profiter de l’instant, je le fais.
  • Si j’ai besoin d’un temps d’arrêt pour me permettre de laisser vivre ce qui est là, je me le permets.
  • Le tout dans le respect de l’intégrité physique et mental de tous et chacun.

Je suis conscient (e) que ma santé physique et mentale dépend en partie de ma faculté à exprimer mes émotions. Pour terminer, je prends conscience que l’expression physique des émotions est universelle. Je peux reconnaître ce qu’une personne vit comme émotions malgré, son âge, son sexe, sa race, sa nationalité, sa culture, sa religion, etc.. L’émotion est un langage essentiel à l’humanité, alors je l’utilise ouvertement.

Le sentiment de liberté passe par l’expression libre et authentique de ce que je vis.

OSONS ÊTRE LIBRE, EXPRIMONS-NOUS !

WFormation